Runge et Tswett : les pères de la chromatographie

L’école  nous a peu habitués à explorer la science en passant par l’histoire. Pourtant les récits d’Archimède poussant l’Eureka dans sa baignoire ou bien de Newton, se prenant une pomme sur la tête, ce sont autant d’histoires qui nous aident à mieux retenir  certaines avancées scientifiques qui font partie de la culture de l’Humanité. Malheureusement même si vous avez certainement déjà abordé à l’école le domaine de la chromatographie durant vos cours de physique-chimie de secondaire, vous ne vous rappelez sans doute de rien car aucune histoire, aucun plaisir, ne furent reliés à ce procédé chimique. Nous allons vous raconter l’histoire haute en couleurs de Runge et Tswett, les pères de la chromatographie, dont les nombreuses anecdotes finiront d’ancrer une fois pour toute dans vos têtes la définition de la chromatographie.

Friedlieb Ferdinand Runge

Même s’il n’est pas vraiment considéré comme le véritable père de la chromatographie, Friedlied Runge est certainement un des chimistes qui a tout même tenté le plus de faire la promotion de ce procédé chimique, même si son entreprise fut en grande partie un cuisant échec. Runge fut un chimiste allemand qui s’intéressa à la chromatographie dès les années 1820. Ce personnage fort curieux remarqua que certains produits chimiques liquides produisaient des bandes et des fils de couleurs bien particuliers lorsqu’on en déposait quelques gouttes sur des fines bandes de papier. Ce qui intéressa surtout Runge, c’est de constater que les mêmes produits produisaient toujours les mêmes rendus de couleurs, avec des formes plus ou moins homogènes si on utilisait les mêmes quantités. Ce cher Runge eu alors l’excellente idée de trouver une application pratique pour sa découverte : un véritable système d’authentification pour les documents officiels et les billets de banque. En effet, il était impossible de reproduire exactement la même signature  chromatographique si on ne connait pas précisément la composition de produit chimique qui a permis de la créer. Cette idée fort brillante fut cependant écartée car pour beaucoup il s’agissait avant tout d’une affaire artistique, un jeu dont on pouvait parler en société. Runge ne fut pas pris au sérieux. Il se cantonna à publier des livres remplis de dessins crées par des mélanges chimiques. Ses livres eurent un petit succès dans certains cercles scientifiques et artistiques en Europe, mais l’histoire en resta là.

Runge et la chromatographie

Mikhael Tswett

L’histoire est souvent ironique : Tswett signifie couleur en russe! Le père du procédé de la chromatographie analytique s’appelle donc en russe M.Couleur! En dehors de cette drôle d’anecdote, résumons brièvement en rappelant que Mikhael Tswett fut un botaniste russe dont les principaux travaux datent du tout début du XXème siècle. C’est en analysant des pigments de fleurs que Mikhael Tswett commença à s’intéressa à la chromatographie. Mais il alla plus loin que Runge en mettant au point la première colonne de chromatographie liquide qui permit de bien séparer en différentes couches de couleurs les différents éléments chimiques d’un mélange donné. Sa méthode fut ensuite améliorée au cours du XXème siècle avec les différents chimistes ayant travaillé sur la chimie analytique et les colonnes HPLC, mais le principe resta le même. Cette grande découverte historique, qui allait bouleverser l’industrie chimique, la pharmaceutique, l’agroalimentaire ou encore la production de gaz, fut cependant bien ingrate avec Mikhael Tswett puisque son nom est tombé rapidement dans l’oubli pendant de très nombreuses années, notamment lorsque certains prix Nobel furent accordés à des chimistes travaillant sur la chromatographie! En effet, Tswett eu la malchance de n’écrire qu’en russe, il était de plus botaniste : ses travaux n’eurent donc que peu de résonnance en Europe durant plusieurs décennies après ses découvertes. Peut-être son nom aurait pu facilement rentrer dans le Panthéon des grands scientifiques si comme il l’avait souhaité la chromatographie se fut appelée la tswettographie, mais la chromatographie fonctionnant aussi sur des susbtances sans couleur ou gazeuses, cela aurait pu porter confusion en étant donné que tswett signifie couleur en russe!

Comments are closed.