La propreté dans les toilettes publiques

Pour les personnes qui sont soucieuses de l’hygiène et de la sécurité sanitaire, un passage dans des toilettes publiques mal entretenues peut s’avérer un moment douloureux. De récents sondages ont par exemple montré qu’en France, plus de 50% des personnes craignent ne pas y trouver de l’eau et du savon. Pour les sondés, ce sont les toilettes publiques qui représentent l’endroit le plus sale pour faire ses besoins (77% des sondés), suivies  des boites de nuit (55%), des stations-services ou encore des fast-foods. Ces craintes par rapport à la saleté, aux bactéries et aux virus sont-elles cependant fondées? Quelles sont les bonnes habitudes à acquérir afin de conserver un niveau d’hygiène acceptable quelles que soient les circonstances?

Bactéries et virus

Contrairement à ce que l’on pense, les toilettes publiques ont beau être parfois des lieux repoussants, les risques liés aux virus et aux bactéries sont tout de même minimes car la plupart des usagers tentent de conserver des habitudes d’hygiène. Heureusement, car il est vrai qu’il y a un potentiel de risque non négligeable. Il faut prendre en compte le staphylococcus aureus, qui représente une souche de bactéries très résistantes aux médicaments comme la méticilline. Ce qu’on risque, ce sont des infections cutanées, qui surviennent très volontiers dans l’aine des patients. Le staphylocoque se transmet par la peau et il peut en effet avoir des conséquences très graves s’il n’est pas traité à temps. Les principales bactéries et virus proviennent généralement des matières fécales, avec les bactéries E.coli ou encore le norovirus. Ils s’en prennent aux voies intestinales et frappent lorsque les personnes oublient de se laver les mains ou le font mal.

toilettes publiques

Les risques pour la santé

Mais cependant, contrairement au staphylocoque doré, on risque surtout une très mauvaise grippe intestinale avec le E-coli ou le norovirus, de quoi vous clouer au lit pendant quelques jours. Cependant, le problème de santé peut devenir bien plus important lorsque ces grippes intestinales touchent des personnes fragiles, comme les enfants, les personnes âgées ou encore ceux qui sont immunodéficients. Dans ces cas-là, les conséquences peuvent être gravissimes. En dehors de ces cas rares, une personne en bonne santé ayant une hygiène normale (se laver les mains après être allé aux toilettes, ne pas toucher des matières fécales…) n’a pratiquement rien à craindre, même dans des toilettes publiques aux allures malfamées. En fait, quand on y regarde de plus près, certains lieux plus étroits comme les ascenseurs sont plus susceptibles de colporter des maladies. En effet, les virus et les bactéries ont besoin d’endroits confinés pour se multiplier. En général, les toilettes publiques sont des lieux assez spacieux et bien aérés, ce qui limite la multiplication des bactéries.

Les bonnes habitudes à suivre

Afin d’éviter les risques d’attraper une bactérie de type staphylocoque doré, une bonne idée consiste à recouvrir la siège de papier lorsqu’on doit s’y asseoir. Comme nous l’avons dit, le staphylocoque se transmet par voie cutanée, et même si le risque est très faible, utiliser du papier permet de limiter grandement les risques. La seconde bonne habitude consiste à tirer la chaîne avant de faire ses besoins. En effet, l’eau qui stagne dans la cuvette est un élément intéressant pour les bactéries. Le problème, c’est que l’eau s’évapore, ce qui soulève les bactéries dans l’air. Le risque est bien sûr d’inhaler ces bactéries… Le meilleur moyen consiste donc à tirer la chasse de toilettes avant de s’en servir. Au niveau du nettoyage des mains et de l’utilisation pertinente du papier : le minimum consiste bien sûr à laver ses mains après être allé aux toilettes : eau chaude, nettoyage énergique pendant 20 secondes, rinçage intégral. Pour les plus inquiets, vous pouvez utiliser en complément le papier à vendre disposition.

Tout d’abord, une fois à l’intérieur des toilettes, fermez la porte et relevez le siège avec du papier. Tirez la chasse d’eau avec du papier. Une fois le lavage des mains effectué, utilisez du papier pour fermer le robinet. Utilisez une dernière serviette de papier pour vous sécher les mains et ouvrir la porte de la salle de bain. En tout il vous faudra donc 3 ou 4 feuilles de papier pour assurer une hygiène impeccable, ce qui comporte comme on le voit un coup non négligeable pour l’environnement. Ce chiffre peut facilement être revu à la baisse lorsque vous utilisez des toilettes publiques autonettoyantes. Ces modèles sont très performantes et assurent une hygiène impeccable grâce à un nettoyage automatique après chaque utilisation. Si vous souhaitez voir comment ce genre d’appareil fonctionne, le site de Sagelec, une référence du secteur, pourra certainement combler votre curiosité http://www.sagelec-canada.com/videos.html !

Comments are closed.