Quelques conseils pour bâtir une charpente de bois

La charpente d’une maison est un peu comme le cœur de l’être humain : c’est sur elle que le reste de la structure s’appuie pour briller. Les gens qui négligent leur santé cardiovasculaire meurent jeune ou vivent une vie de misère; dans le même sens, ceux qui prennent des raccourcis lors de la construction de leur charpente mettent l’intégrité de la maison en péril pour les années futures.

Lambert Construction, leader en charpente de maison, a tenu à vous offrir quelques conseils sur les erreurs à éviter lorsqu’on bâtit soi-même sa charpente en bois. Et si vous n’êtes pas certains que ce que vous faites, pensez tout simplement à traiter avec des professionnels, cela sera moins risqué pour vous.

Charpente de bois

Clous à l’arrachement? Mauvaise idée!

Il ne faut jamais sous-estimer la puissance du vent lorsqu’on bâtit une structure à long terme. Si vous utilisez des clous à l’arrachement, ceux-ci seront mis à mal puisque la force du vent applique une pression de façon perpendiculaire au plan de la toiture. En utilisant une technique un peu plus raffinée comme l’assemblage bois-bois, vous vous assurez que la charpente soit plus solide.

Attention à l’aboutement

Il arrive qu’on se retrouve avec des poutres de bois trop courtes. Il ne faut toutefois pas combler ce problème frustrant en aboutant plusieurs poutres ensembles, surtout si on les utilise à des endroits clés. Une poutre aboutée est nettement moins résistante puisqu’elle peut céder en plusieurs points. S’il est absolument nécessaire de procéder à l’aboutement, tâchez de solidifier de façon sécuritaire chacun des points de faiblesse. Pour ce faire, faites appel à des plaques métalliques.

La mise en place de contreventements

Le principe d’un contreventement est fort simple : il permet de contrer l’action du vent, cette poussée latérale qui peut nuire à l’intégrité de votre charpente de maison. Dans les zones sismiques, ils sont encore plus nécessaires pour équilibrer les forces! Les contreventements les plus simples fonctionnent par le principe de triangulation : un triangle est nettement plus résistant qu’un rectangle car il ne se déforme pas aussi aisément.

Faites attention à l’humidité

Comme vous vous en doutez sûrement, le bois a bien de la difficulté à résister à la pression de l’humidité. Si l’eau s’attaque aux fondations de votre charpente, la solidité en prendra un coup assez rapidement. De ce fait, il est essentiel de trouver une façon de bloquer le contact prolongé entre l’eau et votre charpente. En utilisant un solage en béton, par exemple, vous serez en mesure de la rehausser et donc de prolonger sa vie de façon importante.

Renseignez-vous

Les documents d’urbanisme de votre région vous permettrez de voir quelques informations telles que la pente conseillée pour votre toit. En prenant ces éléments en considération, vous pourrez vous assurer que celle-ci sera bien équipée pour résister aux éléments. Au Québec, avec les tempêtes de neige auxquelles nous sommes habitués, il est primordial d’avoir une toiture qui peut accueillir beaucoup de précipitations et qui se déneige plutôt facilement!

En conclusion, il y a énormément d’éléments à prendre en considération avant de décider de se lancer dans un projet de charpente résidentielle. Pourquoi ne pas faire une demande de soumission auprès de quelques constructeurs avant de vous lancer? Après tout, une maison à la structure défaillante ne vaut pas grand-chose…

Comments are closed.